Aujourd’hui, ayant évoqué le sujet avec des amis, j’ai bien envie de vous partager mon avis sur l’haptonomie…

L’haptonomie, késako ?

Il s’agit d’une méthode de préparation à l’accouchement. Elle permet de communiquer avec son bébé plusieurs mois avant sa naissance.

Elle implique particulièrement le futur papa dans le processus, plus que dans les cours de préparation à l’accouchement classiques.

Mon expérience

Retour en 2016…
J’aime découvrir de nouvelles choses, de nouvelles approches qui sortent un peu des sentiers battus. Alors, quand je me suis décidée, à 4 mois de grossesse (dans mon 5ème mois, donc), à me renseigner sur les cours de préparation à l’accouchement, j’ai été immédiatement attirée par les promesses de l’haptonomie.

Avec mon compagnon, nous nous sommes donc inscrits auprès d’une sage-femme pratiquant cette méthode sur Paris. C’était tout juste quelques jours avant d’entamer mon 6ème mois de grossesse.
Dès le départ, nous avons été surpris voire un peu déçus par le premier contact avec cette praticienne. Effectivement, elle nous indiquait qu’il était déjà presque trop tard pour commencer les cours, ce qui nous avait étonnés, sachant qu’il restait encore 4 mois avant l’accouchement…
Bref, passée cette petite remarque du début, nous avons assisté assidûment à nos 7 cours particuliers, un toutes les deux semaines, pendant la pause déjeuner.

En pratique, la sage-femme nous accueillait dans son cabinet pour une durée d’1h, nous questionnait sur nous et nos ressentis, puis nous faisait travailler certains points (contact avec le bébé, contact entre le futur papa et la future maman, posture, gestion de la douleur – je ne souhaitais pas avoir la péridurale). Et puis nous repartions travailler chacun de notre côté.

Ce que j’en ai pensé…

Concernant la communication précoce avec le bébé, j’avoue que je reste perplexe… Ayant la capacité de ressentir certaines énergies, je sentais déjà sa présence dans mon ventre de manière quasiment permanente depuis des semaines. Pourtant, étrangement, quand la sage-femme posait sa main sur mon ventre et nous disait : « Invitez votre bébé à venir – ah voilà il est là, moi je le sens, j’ai l’habitude », je vous avoue ne jamais avoir saisi ni ressenti la chose là où elle-même la sentait, mon compagnon non plus.

De ce fait, nous ressortions des séances un peu déçus et frustrés.

De même, il n’a jamais été question de l’accouchement en lui-même. Ni en termes de contractions, de travail, de poussées, ou de la « bonne manière » (ni même de la « mauvaise manière ») d’accoucher. Étant inexpérimentés à l’époque, nous n’avions pas osé poser la question… Si le sujet n’était pas franchement abordé, c’était finalement que l’accouchement se ferait « de lui-même », non ?

Avec le recul, et à l’heure où l’accouchement et les méthodes des obstétriciens font débat, je pense qu’il aurait peut-être été opportun à l’époque de nous guider au moins sur comment accoucher tout court. Puis pourquoi pas de manière physiologique…

Tout cela pour vous dire qu’une fois arrivée à l’hôpital déjà dilatée à 4-5, les cours ne m’ont pas spécialement servi. En effet, la douleur était difficilement gérable malgré les conseils de la sage-femme.

En bref…

Je garde cependant du positif de cette expérience, notamment : les conseils de posture pour éviter les sciatiques (malgré tout, je n’y ai pas coupé), l’implication +++ du papa, les conseils sur la gestion de la douleur, l’accueil personnalisé et la bienveillance de la sage-femme, le fait d’avoir été rassurée au sujet d’une épreuve qui effraie quand on le l’a jamais vécue…

Je ne vous décourage absolument pas de choisir cette méthode. En effet, nous ne l’avons nous-mêmes peut-être pas exploitée à fond, ayant trop d’attentes à ce sujet.

Et vous, connaissez-vous cette technique, l’avez-vous pratiquée ?

Pour plus d’informations sur l’haptonomie, voir la page Wikipedia